Permagora, fruit de la passion

J’arrive en 2019 dans maison en tant que primo accédant, avec la joie, enfin, d’avoir jardin à l’extérieur.
Étant dans un bureau toute la journée, je me dis que je vais pouvoir m’éclater!
Des haies, une pelouse, des arbres, la rivière qui borde le terrain, et dans un coin, un ancien potager en friche.

Jardin avec le coin potager à notre emménagement

C’est ce dans ce petit coin, bordant la rivière que j’ai eu l’envie irrépressible de me mettre au jardinage et en quelque sorte de me reconnecter à la terre.
Faire comme mes parents, mes grands parents avant moi, cultiver ses propres légumes et avoir la fierté de pouvoir dire : » ça vient du jardin »!

Déjà petit j’aimais explorer les moindres petits recoins, à la recherche d’insectes, de verres de terre ou de grenouilles.
Des heures passées devant les reportages sur la nature qui me fascinait.
J’avais déjà cette sensibilité et cette attirance pour cette nature qui nous entoure.

J’ai tout de suite commencé à remettre en état le potager, avec ma première erreur, en en suivant la pratique de mon entourage, le passage du motoculteur. Il faut bien débuter un jour!
Avec le recul, évidemment j’aurais fait autrement!

En tout cas l’idée était clair, faire un petit potager, sans produits et traitements chimiques, le plus naturellement possible.
Et petit à petit je cherche, j’apprends des techniques et je tombe sur un article sur la « permaculture », et la c’est une évidence, c’est exactement comme ça que je veux développer mon potager. Prendre du plaisir à cultiver des légumes adapter au sol et a la région, en s’inspirant de la nature et de sa biodynamie, ne pas se battre constamment contre les éléments mais s’en servir comme une force. Créer un petit écosystème qui va favoriser la vie tout simplement, laisser le temps a la nature de créer un équilibre.
Au départ un loisir, très vite une passion.
On ne cherche pas le rendement à tout prix mais la qualité, la bonne associations des éléments, la conversion des déchets etc, et surtout la bonne santé de notre écosystème.

On apprends énormément de chose à jardiner en permaculture, c’est vraiment une reconnexion total avec la nature, je prends le temps d’observer à nouveau, comme l’enfant que j’étais, le moindre insecte volé, le moindre papillon butiner, le moindre oiseau grattant la terre à la recherche de nourriture. C’est pour moi la meilleure des méditations, la pleine conscience.

Anti pucerons naturel !

Avec la naissance de mon 1er enfant vient l’émergence d’un projet, la création d’une place de marché, en concordance avec mes valeurs, Permagora. Aller plus loin dans la démarche et de la réflexion perma, pour ajouter ma pierre à la transition écologique, pour laisser à nos enfants un monde en meilleur état qu’il ne l’est aujourd’hui.

On achète aujourd’hui par facilité, pourquoi ne pas faciliter l’achat écoresponsable en créant un lieu de rencontre entre des producteurs et consommateurs soucieux de leur impact environnemental.

L’enjeu est multiple :
Créer une place de marché mettant en avant les bonnes pratiques, pour changer et rendre plus sains notre mode de consommation. En d’autre termes, prendre soins de la terre et des hommes.
Mettre en avant le savoir faire de nos artisans qui produisent des produits de qualité, qui correspondent aux valeurs de la perma.
Faire connaitre la permaculture à travers Permagora.
En France, nous disposons de près d’un million d’hectares de jardins privés.
Mit bout à bout cela représente quand même une belle superficie.
C’est l’opportunité de créer un grand nombre de petites niches écologiques et de participer directement, à notre échelle, à la préservation de nos habitats naturels.

Adoptons une vision tournée vers la nature, pour la préservation de notre faune et de notre flore.

Ensemble, cultivons l’esprit perma!

1 réflexion sur “Permagora, fruit de la passion”

Répondre à Un commentateur WordPress Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.